Accueil > Actualité > Actualité patrimoniale > Le patrimoine des ménages français a progressé de 4,1% en 2011 à 10.411 milliards d'€ selon l'INSEE

Le patrimoine des ménages français a progressé de 4,1% en 2011 à 10.411 milliards d'€ selon l'INSEE

27-04-2013

Le niveau de vie médian des Français en 2010 est de 19.670 euros, soit 1.610 euros mensuels selon l'INSEE .

Par rapport à 2009, il a baissé de 0,5%. Les 10% de personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10 430 euros annuels, contre au moins 36 270 euros pour les 10% les plus aisées, soit 3,5 fois plus.

Malgré la crise, le patrimoine des ménages continue de progresser...

Selon les derniers chiffres de l'Insee, il a ainsi augmenté de 4,1% en 2011, pour atteindre 10.411 milliards d'euros contre +8,1% en 2010.

Le patrimoine représente presque 8 fois les revenus disponibles nets des ménages ( 7,9 exactement). Un niveau équivalent à celui constaté en 2006-2007.

L'immobilier représente la majeure partie des actifs des particuliers avec une part de 70%. C'est d'ailleurs ce qui explique le ralentissement de la croissance du patrimoine global.

De son côté le patrimoine financier net (actifs moins passifs) s'est tassé de 0,8% à 2.699 milliards d'euros. Cela tient à un endettement qui a cru plus vite que les actifs. Les encours de crédits bancaires destinés principalement à l'immobilier ont progressé de 4,6% à 1.132 milliards d'euros tandis que la valeur des actifs financiers ne s'est appréciée "que" de 0,7% à 4.036 milliards d'euros.

L'assurance-vie reste le premier placement financier avec 1.430 milliards d'euros, avec en progression de +1,5% en 2011 . La hausse est  beaucoup plus faible que sur les années précédentes (+7,6% en 2010)."Cette décélération est liée à la fois à la diminution des souscriptions nettes de contrats d'assurance-vie, à la baisse régulière de leur rendement depuis la mi-2009 et aux moins-values enregistrées sur les contrats en unités de comptes en 2011" selon l'INSEE.

En fait, en 2011, les ménages ont avant tout décidé d'épargner. Les détentions en numéraires et les dépôts (sur livrets notamment) ont enflé de 5,8% pour atteindre 1.213 milliards d'euros. Soit près de 12% du patrimoine total.

L'INSEE souligne  le rôle puissant de stabilisateur du système français de prélèvements obligatoires et de transferts sociaux.

Pour autant, au sein de l’ensemble de la population, les personnes les plus modestes sont particulièrement touchées depuis la crise. À l’inverse, le niveau de vie au-dessus duquel se situent les 5 % de personnes les mieux loties repart à la hausse, après avoir stagné en 2009.
Parmi ces dernières, pour les 1 % des personnes les plus aisées, le début de la crise a interrompu une période de croissance forte des revenus déclarés (+ 5,5 % par an en moyenne de 2004 à 2008). Après avoir baissé en 2009, leurs revenus repartent à la hausse en 2010, plus fortement que ceux des autres.

2,7 millions d’enfants vivent dans des familles pauvres en 2010. La situation du ou des parents vis-à-vis du marché du travail et le nombre de frères ou sœurs sont les principaux facteurs de risque de pauvreté des enfants

Le niveau de vie moyen des personnes âgées de 75 ans et plus est égal à 0,89 fois celui des personnes âgées de 65 à 74 ans.

De 1996 à 2009, le niveau de vie moyen des personnes âgées de plus de 65 ans évolue parallèlement à celui des personnes d’âge actif, après l’avoir rattrapé des années 1970 au milieu des années 1990, grâce à l’amélioration progressive des retraites.

Au-delà de cette moyenne, les situations individuelles sont plus contrastées au sein des personnes âgées. Le niveau de vie des seniors les plus jeunes progresse plus rapidement que celui des plus âgés. Les générations plus récentes, et particulièrement les femmes, bénéficient de meilleures pensions, tandis que le pouvoir d’achat des retraités est stable à mesure qu’ils vieillissent, les retraites étant indexées sur les prix. L’écart de niveau de vie qui en résulte est
amplifié par le vieillissement démographique.

Par ailleurs, les revenus du patrimoine augmentent fortement sur la période et leur concentration dans le haut de la distribution s’accroît. Leur dynamisme a renforcé les inégalités de niveaux de vie quel que soit l’âge. Les seniors sont moins touchés par la pauvreté que les personnes d’âge actif. La pauvreté des
seniors reste concentrée - et s’est même accrue - chez les femmes de plus de 75 ans, souvent veuves et qui, sur les générations concernées, ont peu travaillé.

Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé que ce soit pour acquérir leur résidence principale, un autre bien immobilier ou encore pour cosommer.

Les ménages endettés pour l’habitat sont plutôt d’âge intermédiaire et bénéficient d’un niveau de vie plutôt élevé ; ceux endettés pour un motif de consommation disposent plutôt d’un faible niveau de vie et ils sont plus jeunes. Les ménages aux niveaux de vie les plus élevés sont plus enclins à envisager un recours au crédit et essuient moins de refus ; ceux disposant de liquidités le sont moins mais se voient eux-aussi moins refuser leur crédit.

Pour 18 % des ménages endettés, les sommes remboursées dépassent 30 % de leurs revenus.

Ces ménages sont souvent endettés pour l’achat d’un bien immobilier. 9 % des ménages endettés doivent rembourser des sommes plus importantes que la valeur totale de leurs actifs.

Plus d'infos:

Fiches patrimoine 2013 INSEE

 




Soyez le premier à commenter cet article
Merci de vous connecter afin de rédiger un commentaire :
Nom d'utilisateur : Mot de passe :
Mot de passe oublié ? Se souvenir de moi
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
Vous n'êtes pas encore membres ? enregistrez vous
 
< Précédent   Suivant >

Articles les plus lus