Accueil > Actualité > Editos > Retour de la confiance US

Retour de la confiance US

05-02-2012

La nette reprise de l'emploi aux Etats-Unis contraste avec la récession frappant une bonne partie de l'Europe, illustre un phénomène classique: l'économie américaine repart souvent la première, et le marché du travail en bénéfice plus rapidement.

Le chômage est tombé en janvier à son plus bas depuis trois ans, à 8,3%, alors qu'en zone euro, il est à son plus haut niveau depuis la création de la monnaie unique, à 10,4%.

En mai, il y avait moins d'un point d'écart entre le taux de chômage des Etats-Unis (9,0%) et de la zone euro (9,9%).

Les Etats-Unis semblent laisser derrière eux une année d'angoisse sur les dégâts que la crise européenne de la dette publique risquait de causer à leur économie. Oubliés aussi les débats pour savoir si le marché du travail américain avait perdu sa vertu traditionnelle, la réactivité. En cinq mois, il a créé 1,9 million d'emplois (chiffres bruts), retrouvant pratiquement son niveau de la fin 2008 (132,95 millions d'emplois hors secteur agricole).

Aux USA, les coûts de licenciement sont faibles. En Italie, en Espagne, en France, en Grèce, les coûts pour le faire sont nettement pour élever.

Retour de l'emploi dans la distribution, le BTP et certaines industries durement touchées par la crise.

Les PDG américains redeviennent confiants pour 2012 ; Leur atout: les marges dégagées alors même que la croissance américaine décevait.

Les entreprises ont mis de côté beaucoup plus de trésorerie pendant la crise .Le marché des obligations d'entreprises se porte bien aussi aux Etats-Unis.

Les entreprises européennes dépendent à l'inverse des financements des banques, en première ligne dans la crise de la dette.

Ces dernières décennies, les cycles mondiaux d'activité ont commencé aux Etats-Unis et donc il est logique que les Etats-Unis donnent l'impression de se sortir des récessions plus vite. Autre différence,  la rigueur budgétaire à laquelle s'astreint la zone euro, alors que Washington reste libéré de ce souci. Mais tout n'est pas perdu pour l'Europe, les marchés espèrent que la zone euro qui devrait bénéficie tôt ou tard du regain d'optimisme américain.

Selon une étude publiée en septembre par deux économistes du Fonds monétaire international (FMI), Tamim Bayoumi and Trung Bui, un rebond qui accroît le PIB réel des Etats-Unis de 0,8% sur deux ans se répercute par un coup de pouce de 0,6% au PIB de la zone euro.




Soyez le premier à commenter cet article
Merci de vous connecter afin de rédiger un commentaire :
Nom d'utilisateur : Mot de passe :
Mot de passe oublié ? Se souvenir de moi
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
Vous n'êtes pas encore membres ? enregistrez vous
 
< Précédent   Suivant >

Articles les plus lus