Accueil > Actualité > Editos > Pour les Brics, la crise européenne est une opportunité

Pour les Brics, la crise européenne est une opportunité

14-09-2011

En marge des gesticulations diplomatiques  des Européens depuis plus d'un an sur la dette grecque, le retour  des Brics et plus particulièrement de la Chine autour de la crise grecque est le point clé à court terme de cette crise européenne, et est sujet à réflexions.

En octobre dernier, la Chine a renfloué les caisses d'Athènes, considérant  que la crise de la dette grecque était une bonne occasion pour les sociétés chinoises d'investir en Europe. Y aura-t-il à nouveau une tournée automnale du premier ministre chinois pour mettre fin à toute cette agitation?

La Chine a voulu en 2010 faire de la Grèce sa porte d'entrée vers le marché européen et dans les Balkans.Les marchés ont d'ailleurs fini l'année 2010 dans le calme grâce à cette manne financière. N'oublions pas cependant que sans cette intervention, on ne parlerait plus du cas grec... 

La Chine peut  s'intéresser cette fois-ci à mettre un nouveau pied non seulement en Grèce, mais aussi en Espagne, en Italie voire dans d'autres pays.  

Au premier jour de sa tournée européenne en 2010 en Grèce, le Premier ministre chinois Wen Jiabao avait signé deux accords-cadres, un contrat de construction de navires et un autre destiné à doper les investissements chinois en Grèce. En cure d'austérité depuis deux ans, en cette fin d'été, Athènes est avide de capitaux étrangers pour renflouer ses caisses.

Aucun chiffre n’a été donné, mais l’idée en 2010 était, bien sûr, d’accélérer les investissements chinois en Grèce, sachant que les entreprises chinoises avaient déjà commencé à s’implanter.

Depuis l’an dernier, plus de la moitié du port du Pirée, le principal port du pays, est gérée par le géant maritime chinois Cosco (China Ocean Shipping Company).

Pékin considère la Grèce comme sa porte d'entrée en Europe et dans les Balkans, mais aussi dans les technologies de télécommunications, le tourisme et l'importation de matières premières typiquement grecques, comme le marbre.

Le retour de capitaux des pays émergents serait un soulagement pour l'ensemble des acteurs européens mais une menace importante pour les industries européennes à plus long terme.

De plus,ce serait un camouflet pour les  instances supra-nationales  que sont l'Union Européenne, le FMI,  la confirmation du déclin de l'Europe dans le monde et la confirmation de nouvelles puissances hégémoniques comme la Chine.

L'entrée des BRIC dans le sauvetage des économies européennes peut éviter la paralysie de l'Europe qui focalise toutes les peurs et la panique. Ce serait un soulagement important et un rebond puissant tant attendu des marchés par les  investisseurs, les banquiers et les épargnants. Mais les conséquences économiques et géopolitiques seraient un basculement important dans l'équilibre économique mondial.

Faute d'avoir mis en place des réformes de structure et des plans d'aide fiables, l'Europe divisée et endettée a -t-elle encore un avenir et d'autres solutions fiables ?

   




Soyez le premier à commenter cet article
Merci de vous connecter afin de rédiger un commentaire :
Nom d'utilisateur : Mot de passe :
Mot de passe oublié ? Se souvenir de moi
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
Vous n'êtes pas encore membres ? enregistrez vous
 
< Précédent   Suivant >

Articles les plus lus