Accueil > Dossiers thmatiques > Immobilier

Immobilier

Les rgles d'acquisition immobilire retenir 27-03-2008

Afin que cette stratégie soit bénéfique pour vous, certaines règles doivent être respectées :

  • Vérifiez que votre capacité d'endettement vous permette d'envisager l'acquisition à crédit d'un second bien
  • Choisissez toujours un crédit long dans le financement du bien immobilier défiscalisant (20 ans) et un crédit plus court (15 ans) pour l'acquisition de votre résidence principale.
  • Optez pour un crédit amortissable pour l'acquisition de la résidence principale, et pour un crédit in fine pour l'acquisition du bien immobilier défiscalisant.
  • Revendez si possible le bien immobilier défiscalisant en respectant le délai minimum légal (un délai de revente plus court que celui prévu par la loi entraînerait une remise en cause de votre gain fiscal).
  • Vous pouvez recommencer l'opération une seconde fois si la première s'est révélée fructueuse

Trois nouveaux mécanismes défiscalisants, introduits par la loi du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement, remplacent les dispositifs proposés jusqu'à présent.


Depuis plus de dix ans les mécanismes fiscaux dans l'immobilier se succèdent à un rythme très rapide. Moins de 41 mois après sa mise en place, le mécanisme «Robien», qui avait remplacé le mécanisme Besson, est à son tour détrôné par trois nouveaux systèmes.
Dans ces nouveaux dispositifs d'investissement locatif, les durées minimales des locations sont de 9 ans. Les deux premiers systèmes défiscalisants  ont pris effet au 1e r septembre 2006, le troisième au 1e r octobre 2006.

- 65% d'amortissement avec le « Borloo Populaire » : des trois nouveaux mécanismes défiscalisants, c'est le dispositif le plus favorable. Il permet de déduire 65% du prix de l'acquisition d'un bien immobilier neuf, comme l'ancien dispositif « Robien ». Mais il découpe la France en quatre zones géographiques de loyers - au lieu de trois précédemment - et il impose des conditions de ressources au locataire. Le « Borloo populaire », le régime le plus favorable mais sous conditions strictes

- 50% d'amortissement avec le « Robien recentré » : fiscalement moins intéressant que le « Borloo populaire » il permet néanmoins d'amortir jusqu'à 50% du montant de l'investissement locatif réalisé dans le neuf. En contrepartie, il n'oblige pas à respecter des conditions de ressources du locataire. Le « Robien recentré » s'affranchit des conditions de ressources du locataire

- 30% à 45% de déduction avec le « Borloo Ancien » : des trois nouveaux dispositifs en faveur de l'investissement locatif, c'est le seul qui cible l'immobilier ancien. En échange de la signature d'une convention avec l'Agence ANAH (rebaptisée « Agence nationale de l'habitat » par la loi), le bailleur bénéficie d'une déduction spécifique de 30%, exceptionnellement de 45%. Le « Borloo ancien », seul dispositif qui cible l'immobilier ancien

Les étapes de l'investissement immobilier:

Comment choisir ?

Le choix dépend principalement de votre âge et de votre situation financière et patrimoniale.

A 30-40 ans l’achat de votre résidence principale est prioritaire si vos revenus sont suffisants pour financer un endettement long.

A 40-50 ans. Si vous n’êtes pas propriétaire, la décision d’acheter dépend non de vos revenus mais de vos ressources patrimoniales (héritage, levée de stock-options, valorisation d’un portefeuille boursier). Si vos ressources restent insuffisantes ou si vous êtes déjà propriétaire investissez, si vous souhaitez gérer vos biens dans de l’immobilier locatif sinon dans des sociétés de placements immobiliers.

Après 60 ans n’achetez pas votre résidence principale sauf si vous avez un coup de foudre et dans ce cas là achetez la au nom de vos enfants. Orientez-vous sur des placements immobiliers à revenus tels la Pierre papier, placements plus facilement transmissibles à vos proches.




 

Articles les plus lus