Accueil > Dossiers thmatiques > Assurance-vie

Assurance-vie

Pourquoi souscrire un contrat d'assurance-vie ?


1. Se constituer et faire fructifier un capital:

Un contrat Euro sécurise votre capital et les intérêts sont définitivement acquis.

Pour un contrat Multi-supports, le principe des versements programmés permet un lissage du prix de revient des titres. Nul ne connaît le plus bas d’un marché aussi il est toujours plus aisé d’arbitrer en faveur du support en Euro pour garantir les gains en titres détenus.

Le règlement de la CSG-CRDS (11%) est annuel pour un contrat Euro alors qu’il n’est effectué qu’au moment du rachat pour un Multi-supports.

En effectuant des versements programmés, il est possible de se constituer, régulièrement, une épargne en supprimant les risques d'entrée aux plus mauvais moments, ce qui permet d'investir sur des supports volatils, tout en écrêtant les pics. De nombreux contrats multisupports sont accessibles dès 100 euros par mois ou par trimestre.

2. Garantir un crédit:

La pratique du nantissement par l’organisme financier ou de la délégation en sa faveur est courante pour garantir l’octroi d’un prêt.

Un projet immobilier en tête ? Un gros achat, par exemple, le changement de voiture ?

Les contrats d'assurance-vie peuvent répondre à un objectif d'épargne et d'investissement à moyen ou long terme tout en offrant un choix de placements très diversifiés.

Les épargnants intéressés par de l'immobilier locatif, type loi Besson ou non, peuvent recourir à un contrat d'assurance-vie adossé à un prêt in fine (lequel reporte à son échéance le remboursement du capital emprunté). Ce montage tout en grossissant les intérêts déductibles des revenus fonciers apporte un effet de levier considérable en matière de financement.

3. Pour diversifier son épargne grâce à la multigestion.

Un contrat d'assurance-vie peut être très diversifié sur un contrat multi-support et être investi sur des supports très divers: SCPI, OPCVM monétaire, OPCVM obligataire, OPCVM action, OPCVM énergie ou matières premières, OPCVM profilés .La diversité de ces supports selon les plate-formes des contrats d'assurance permet de choisir les supports les mieux adaptés à son profil avec une mise de départ la plus faible sur le marché. Les contrats multi-support permettent une gestion personalisée pour les portefeuilles les plus modestes.

4. S'offrir des revenus réguliers

Etant donné la fiscalité favorable applicable aux intérêts et plus-values en cas de retraits, l'assurance-vie est idéale pour se constituer des revenus mensuels ou trimestriels et cela dès l'ouverture du contrat. Soulignons qu'au delà de 8 ans de détention du contrat, l'imposition des intérêts et plus values constatées en cas de rachat partiel ou total est atténuée par l'application d'un abattement annuel de 4.600 euros pour les contribuables célibataires, veufs ou divorcés et de 9.200 euros pour les couples soumis à imposition commune.

5. Une protection efficace

L'assurance-vie peut être, aussi, une véritable réponse aux difficultés financières et au surendettement engendré par un licenciement, une invalidité. Dans ce cas, les retraits anticipés, motivés par des cas de force majeure, sont exonérés d'imposition même si le contrat n'a pas atteint une durée de huit ans.
.
6. Des fonds qui restent disponibles

A tout moment, il est possible de récupérer tout ou partie de ses fonds investis dans un contrat d'assurance-vie. La plupart des contrats proposent des avances à hauteur de 60% à 80% de l'épargne disponible (sommes versées par l'assuré + intérêts et plus-values).

Les avances sont des " prêts " effectués par l'assureur pour une durée déterminée limitée à trois ans et peu onéreuses pour l'assuré. En effet, les sommes sont, souvent, prêtées à TME majoré d'un point alors qu'elles peuvent, selon les supports choisis, rapporter beaucoup plus. En outre, lors du remboursement des avances, l'assureur ne perçoit pas de frais d'entrée.

Les contrats permettent, également, de demander des retraits partiels ou totaux. Ces retraits s'effectuent, la plupart du temps, sans frais contractuels, mais ils supportent la fiscalité applicable en fonction de la date d'ouverture du contrat. Attention, cependant, à quelques contrats qui prélèvent des frais contractuels. Ces pénalités sont, souvent, dégressives de 5% à 1% selon la période au cours de laquelle interviennent les retraits.

7. Assurer une prévoyance à ses proches

Les contrats d'assurance-vie peuvent répondre à un objectif de protection.

Certains contrats proposent différentes options de prévoyance. Ainsi, en est-il des contrats qui offrent des garanties complémentaires contre le risque de décès et/ou d'invalidité de l'assuré, par exemple, en versant au conjoint survivant ou aux enfants à charge ou, selon le cas, à l'assuré lui-même une rente ou un capital. C'est, aussi le cas des contrats qui, moyennant une cotisation spécifique, prennent en charge le paiement des primes programmées en cas d'incapacité ou de décès de l'assuré.

Enfin, il faut savoir que quelques contrats proposent des rentes dites dépendance. Il s'agit, généralement, d'un choix laissé à l'assuré à la sortie du contrat.

8. Bénéficier des performances de la Bourse

Pour profiter des différentes opportunités des marchés financiers selon son profil rendement / risque, l'assuré a le choix entre de nombreux contrats multisupports. Certains d'entre eux vont jusqu'à offrir plusieurs centaines de supports dont des profils gérés qui conviendront bien aux épargnants ne désirant pas s'investir dans la gestion de leurs placements.

9. Transmettre à un tiers sans fiscalité une part importante de son patrimoine.

Par le biais de l'assurance-vie, le souscripteur peut faire bénéficier une tierce personne de sommes importantes sans droits de succession ( jusqu'à 152.500 euros). Ces sommes échappent, en principe, au droit commun des successions et des régimes matrimoniaux. C'est par exemple un moyen presque obligatoire pour transmettre à une personne une somme à une personne extérieure à son cercle familial qui dans le cas d'une transmission dans le cadre d'une sucession devrait payer 60% de droits sur les sommes reçus. Les sommes transmises cependant dans ce cas ne peuvent pas dépasser la quotité disponible du défunt.

Néanmoins, une fois le souscripteur décédé, les héritiers «réservataires » non bénéficiaires de l’assurance-vie peuvent saisir le tribunal, s’ils estiment :

• que les primes versées ont été manifestement excessives par rapport aux revenus du souscripteur ;

• ou que la souscription du contrat a eu uniquement pour but de les déshériter,
Lorsqu’ils réussissent à en apporter la preuve, le juge ordonne la réintégration des primes versées dans l’actif successoral.

10. Préparer sa retraite

L'assurance-vie permet la constitution d'un complément de retraite. Le moment venu, il est possible de percevoir ses fonds sous forme de rente viagère ou de capital (fractionné ou non). Soulignons que les rentes viagères issues d'un contrat PEP assurances ne subissent pas de fiscalité.

11. Transmettre un patrimoine

Instrument idéal pour organiser la transmission de son patrimoine dans des conditions fiscales privilégiées, un contrat d'assurance-vie permet aux bénéficiaires de percevoir au décès de l'assuré le capital en exonération de droits de succession lorsque la somme ainsi transmise n'excède pas 152.500 euros par bénéficiaire.

Bien utilisée, l'assurance-vie permet d'organiser à l'avance un partage de son patrimoine. Cette liberté permet de mettre en oeuvre une stratégie successorale conforme à ses volontés. Afin d'éviter toute surprise à ses proches il est possible de souscrire en leur faveur une garantie plancher ou une garantie plancher majorée. Ces garanties permettent d'assurer aux bénéficiaires désignés dans le contrat qu'ils recevront, quoiqu'il arrive au moins les sommes investies par l'assuré, même, si entre temps, les chutes des marchés financiers ont fait descendre la valeur du contrat au jour du décès de l'assuré à une valeur moindre que le montant des sommes investies.

12. Prévoir le paiement des frais de succession

Eviter des soucis financiers à ses proches, que ce soit pour leur permettre le paiement des droits de succession si le patrimoine transmis est important ou pour leur éviter des désagréments financiers, l'épargne à long terme d'un contrat d'assurance-vie répond bien à cette préoccupation

13. Protéger un enfant handicapé

Il existe plusieurs types de contrats d'assurance destinés aux enfants handicapés. Ces contrats permettent le versement d'un capital ou d'une rente à la personne handicapée au décès de l'assuré. De plus, les primes versées bénéficient d'une réduction d'impôt.



 

Articles les plus lus