Accueil > Actualité > Revue de presse > LE FIGARO Le Var, un département qui a toujours la «côte»

LE FIGARO Le Var, un département qui a toujours la «côte»

18-10-2006

De Bandol à Saint-Raphaël, en passant par Hyères et Saint-Tropez, le Var constitue plus que jamais une valeur sûre pour les acquéreurs à la recherche de sable, de soleil et, parfois, de calme. La magnifique “côte” du département va encore faire des heureux…


 
Bien sûr, il y a l’arrière-pays varois avec ses collines verdoyantes, ses pinèdes, ses garrigues et ses vignobles, sur fond de craquètement perpétuel des cigales. Acheter un bien dans cette nature chauffée à blanc par le soleil constitue le rêve de nombre d’acquéreurs. Cependant, il y a mieux pour ceux qui désirent passer une partie de leur journée les pieds dans l’eau : la côte varoise. Voluptueuse et turquoise, la Méditerranée embrasse les 300 km de littoral sec et doré du département. A l’extrême ouest, la ville de Bandol représente une station balnéaire de référence avec ses calanques et son golf situé entre deux collines de pins. A deux pas de là, le promeneur gagne le port de pêche de Sanary-sur-Mer, qui attire une population à la recherche de sérénité. Qu’elle soit de passage ou pour des durées prolongées.

 
Plus à l’est, à proximité de la rade de Toulon, La Seyne-sur-Mer connaît un regain d’intérêt, notamment grâce aux nombreuses activités nautiques proposées. Au pied du massif des Maures, Le Lavandou et ses fonds sous-marins de toute beauté font le bonheur des amateurs de plongée. En suivant la corniche des Maures, le visiteur parvient au golfe de Saint-Tropez, le paradis des loisirs et de la fête. Si le célèbre lieu de villégiature fait toujours l’objet de toutes les convoitises, la zone qui s’étend de Grimaud à Sainte-Maxime connaît elle aussi un succès qui ne se dément pas. Enfin, nichée au pied du massif de l’Esterel, Saint-Raphaël clôt la balade. Mais pas le temps de souffler : VTT, promenades équestres, sports nautiques et randonnées sont là pour maintenir en forme le vacancier occasionnel comme le résident. Et ce ne sont pas les prix de l’immobilier qui vont lui permettre de se reposer…

 


 
La sérénité de Sanary

 


 
« Contrairement à nombre de stations balnéaires, Sanary est une ville vivante toute l’année, assure Marie Metral, responsable associée de l’agence du Centre. Elle bénéficie d’un centre-ville protégé et d’une ambiance paisible. » Du coup, cet environnement privilégié attire une clientèle à la recherche de calme. « Les retraités représentent 90 % de notre clientèle », poursuit Marie Metral. Le bien le plus demandé dans cette agence ? Le T3, entre 60 et 70 m², avec place de stationnement ou garage, et à proximité de la plage et des commerces. Dans le centre, il faut compter au minimum de 5 000 à 6 000 euros le mètre carré. Soit entre 300 000 et 350 000 euros en moyenne pour un T3. L’agence du Centre a vendu récemment un trois-pièces en bon état, de 77 m², situé à 5 minutes à pied du port, pour 360 000 euros. En périphérie, les prix retombent à 3 000 ou 4 000 euros le mètre carré. Concernant les maisons, ce sont surtout celles de plain-pied qui ont les faveurs des acquéreurs. Le quartier de Portissol, particulièrement résidentiel, devrait combler quelques envies. A condition de pouvoir mettre sur la table jusqu’à 800 000 euros. Quant aux appartements neufs de ce secteur, « pour un bien de bonne qualité, le mètre carré avoisine les 6 000 euros, commente Marie Metral. Et peut rapidement atteindre les 7 000 euros ».

 
Proches de Sanary-sur-Mer, les communes du Castellet, d’Ollioules, de Bandol et de Six-Fours-les-Plages peuvent offrir aussi de belles opportunités. Les villas avec piscine y atteignent sans mal le million d’euros.

 


 
Le dynamisme de La Seyne-sur-Mer

 


 
A priori plus cléments, les prix du marché de l’immobilier de La Seyne-sur-Mer rattrapent néanmoins ceux des communes proches. « Même si les prix n’augmentent plus depuis près d’un an, le marché de la ville est particulièrement dynamique, affirme William Jolly, responsable de l’agence du même nom. Et attire surtout des acquéreurs à la recherche d’une résidence principale. » Preuve de ce dynamisme : l’explosion du nombre d’appartements en cours de construction ou en prévision. La moyenne des prix au mètre carré pour les appartements ? « Entre 2 800 et 3 000 euros pour le neuf et entre 2 400 et 2 600 euros pour l’ancien », chiffre William Jolly. Il y a peu, c’est un T3 de 54 m², proche du centre, qui a trouvé preneur pour 130 000 euros. Actuellement, un autre T3 proche du centre-ville, avec chauffage collectif, cuisine indépendante, deux chambres, dressing et balcon, est vendu par l’agence Jolly à 185 000 euros. Depuis quelques années, la ville refait peau neuve, ce qui entraîne une hausse des prix au centre. Une belle villa ancienne vient d’ailleurs d’y être achetée pour 285 000 euros. Localisée dans le quartier Peyron, elle bénéficie d’un terrain de 600 mètres carrés.

 


 
Le prestige du golfe de Saint-Tropez

 


 
Les prix de l’immobilier de Sainte-Maxime sont nettement moins accessibles. A quelques kilomètres de Saint-Tropez, la ville « attire de plus en plus la clientèle européenne fortunée, précise Jean-Philippe Manzon, responsable commercial de l’agence Alpha. Une bonne part de nos clients, à la recherche de biens haut de gamme, a entre 50 et 60 ans ». Du coup, une forte demande se maintient pour les maisons individuelles d’environ 150 m² habitables, qui valent de 700 000 à un million d’euros. Et le budget peut sans mal dépasser 1,5 million d’euros. Tout récemment, l’agence a même vendu une maison, située dans un domaine fermé, avec piscine, 5 chambres et 2 500 m² de terrain, pour 2,5 millions d’euros. Bien sûr, la vue sur la mer fait monter les prix. Une autre maison avec vue sur le golfe, 250 m² habitables et 4 000 m² de terrain, est partie à 2,6 millions d’euros. Les secteurs les plus recherchés pour les biens résidentiels ? Beauvallon, la colline du Sémaphore et le domaine de la Nartelle. Pour les plus téméraires, il y a bien sûr Saint-Tropez et sa période estivale si courue. Mais « Saint-Tropez reste encore 2 à 3 fois plus cher que Sainte-Maxime », précise Jean-Philippe Manzon. Heureusement, l’eau, proche, permet d’éviter les gros coups de chaleur…




Soyez le premier à commenter cet article
Merci de vous connecter afin de rédiger un commentaire :
Nom d'utilisateur : Mot de passe :
Mot de passe oublié ? Se souvenir de moi
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
Vous n'êtes pas encore membres ? enregistrez vous
 
< Précédent   Suivant >

Articles les plus lus