Accueil > Actualité > Actualité patrimoniale > GESTION DE FORTUNE. La Suisse occupe un tiers du marché mondial.

GESTION DE FORTUNE. La Suisse occupe un tiers du marché mondial.

07-02-2007

La dernière évaluation  montre qu'au niveau mondial, les Etats-Unis prennent la première place devant le Royaume-Uni  et la Suisse pour ce qui concerne la gestion des avoirs de manière globale.

La part de marché des banquiers helvétiques se monte à 9%, alors qu'elle culmine à 41% pour les Etats-Unis et 10% pour le Royaume-Uni. Derrière  arrivent le Japon, l'Allemagne et la France.


Par contre, si on ne considère que la gestion de fortune privée à l'échelon international, la place financière suisse occupe le premier rang mondial avec une part de marché de 28%. Les Caraïbes et le Luxembourg suivent avec chacun 15%. Ils devancent les Iles britanniques, Londres, New York et Miami.

Les 6900 milliards de francs d'avoirs gérés par les banques suisses à fin 2005 se composent essentiellement de papiers valeurs (actions, obligations, cédules hypothécaires, etc.) pour 4,4 billions de francs. L'épargne et les dépôts à terme représentent 0,6 billion et les placements fiduciaires 0,5 billion. Les filiales à l'étranger et les succursales des banques gèrent en outre 1,4 billion de francs d'avoirs

L'excellent millésime boursier 2006 a eu un impact inégal sur les résultats des quatre principales banques privées genevoises. Celle qui s'en tire le mieux, et de loin, est la plus grande d'entre elles, Pictet & Cie. Sa performance est proche du double de ses consœurs, selon des chiffres rendus publics mardi par les quatre banques.

Le total des avoirs sous gestion a largement crevé le plafond des 300 milliards qu'il avait frôlé à la fin 2005 pour atteindre 369 milliards (+ 25,1%) au 31 décembre 2006. Ce total comprend les fonds sous gestion directe de la banque ainsi que ceux qui ne sont qu'en global custody, c'est-à-dire sous administration indirecte de la banque.

La masse sous gestion directe a connu un rythme de progression encore plus élevé, de 30,2% à 233 milliards de francs contre 179 milliards de francs au 31 décembre 2005. La gestion institutionnelle, avec 122 milliards, a pour la première fois dépassé en taille la gestion privée, qui totalise 116 milliards. Les apports nets représentent environ deux tiers de la croissance, ce qui permet d'estimer la performance du portefeuille à environ 10%.

«Cette performance est le premier résultat des investissements réalisés depuis deux ans dans le développement de notre réseau et de notre plate-forme», observe Ivan Pictet.

Mirabaud et les hedge funds

Le numéro deux du Groupement des banquiers privés genevois, Lombard Odier Darier Hentsch & Cie, affiche une progression deux fois moindre pour une taille elle aussi deux fois inférieure. Les avoirs en dépôt se montent à 185 milliards (+14,2%) tandis que la masse sous gestion (sans le global custody) a progressé de 14,4% à 167 milliards. La banque ne révèle pas le montant des apports nets ni la performance.

Mirabaud & Cie, dont le tiers environ du portefeuille est constitué de hedge funds, affiche 22 milliards d'avoirs sous gestion. Elle ne précise pas le montant des actifs gérés. La progression en 2006 a toutefois été de près de 3 milliards de francs (+16%), dont 2 milliards d'apports nets. La performance a été de 4,7%.

Bordier, avec 8 milliards sous gestion, est la plus modeste des quatre mais affiche une hausse de 900 millions de francs de sa masse sous gestion (+13%). Cette progression s'opère à 60% (pour 540 millions de francs) par des apports nets, ce qui confère à la performance une contribution de 5,1%. La banque n'a pas de global custody.




Soyez le premier à commenter cet article
Merci de vous connecter afin de rédiger un commentaire :
Nom d'utilisateur : Mot de passe :
Mot de passe oublié ? Se souvenir de moi
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
Vous n'êtes pas encore membres ? enregistrez vous
 
< Précédent   Suivant >

Articles les plus lus